Le concert débile (mais excellent) de Cadillac à Toulouse

0
9159

Décidément, c’était une belle semaine à Toulouse! Après une merveilleuse soirée de la Semaine du Rock la veille (avec Dätcha Mandala, Slim Paul, Truckks et The Twin Souls, LIVE REPORT ICI), on se retrouve ce vendredi 29 Mars 2019 dans le cadre d’un autre festival, le Pink Paradise. A l’instar de la Semaine du Rock, le Pink Paradise nous propose chaque année de très beaux plateaux, mélangeant des concerts, des spectacles, et des représentations artistiques en tout genre. Cette année, c’est sur la soirée NASSER + CADILLAC que nous avons jeté notre dévolu! Et on a pas été déçus!

C’est donc les marseillais de Nasser qui ouvrent cette soirée. Nasser est un groupe d’électro-rock qui propose une musique élaborée mélangeant sonorités électroniques et éléments très rock, donnant un mélange explosif. Le groupe est composé de trois membres: Nicolas, à la batterie et au chant, Simon, à la guitare et aux claviers, et Yohan, aux claviers et programmations diverses. Dès les premiers morceaux, on se retrouve propulsé dans leur univers… Et quelle claque! Le fait de jouer au Bikini, qui a une qualité sonore inégalable, est un point positif de plus pour ce concert.

On assiste à un beau mélange des genres, tant les basses vibrantes et résonnantes de l’électro se mélangent aux guitares saturées du rock. Très rapidement, on se laisse porter par la musique, très prenante. Sur les morceaux les plus électro, on assiste à un véritable raz-de-marrée électronique, à mi chemin entre la rave et le gros concert. C’est efficace, c’est agressif, bref, c’est tout ce qu’on aime. Les morceaux plus rock sont tout aussi excellents et énergiques. Niveau setlist,  ça sera un sans faute pour ma part. Il n’y a eu aucuns morceaux en dessous des autres! Belle prouesse!

Mais le spectacle se passe aussi et surtout sur scène. En effet, en arrière scène, on retrouve un écran géant qui parcourt toute la longueur de la scène. Et ça rajoute un énorme aspect visuel au concert. Avec des motifs d’ambiance, tantôt blanc tantôt rouge, ou alors parfois le logo du groupe ou le titre du morceau, cet écran donne une beauté inégalable au spectacle. Sans compter les jeux de lumières, très rapides, saccadés, qui pour le coup font très électro/rave, on assiste à un spectacle sans précédent!

Après un peu plus d’une heure, le groupe quitte la scène. Et vraiment, ce fût une grosse claque pour moi. Tant dans le côté visuel du show que dans la musique, j’ai été transporté par la puissance de leur son électronique qui se marie si bien au rock. Rappelant par moment Gesaffelstein et encore les 2 premiers albums de Shaka Ponk, ce concert incroyable est passé à une vitesse folle tant nous étions pris par la musique du groupe.

Énorme coup de cœur pour nous donc, nous ne pouvons que vous conseiller d’aller voir Nasser dès qu’ils passeront prêt de chez vous, car c’était incroyable! Merci à eux!

Setlist:

  • Rupture
  • Can’t Get Out
  • Come On
  • Listeners
  • No Regrets
  • The Shooter
  • Warning
  • The Outcome
  • Bronson
  • The End

C’est maintenant au tour de Cadillac de rentrer sur scène. Avec une intro rappelant directement l’univers de Stupeflip, groupe incontournable dans lequel Cadillac chante (ou crie plutôt?), Cadillac nous raconte sa première rencontre avec Casimir, rencontre qui l’a marqué et que l’on retrouve très souvent dans les paroles des chansons de StupeflipCadillac entre en scène tout feu tout flamme et le concert commence sur les chapeau de roue.

Sandales aux pieds, yeux exorbités, long manteau noir, Cadillac n’a pas perdu de sa folie, loin de là. Je dirai presque même qu’il est devenu encore plus fou qu’avant. Pour cette tournée solo, Cadillac s’est entouré de 3 autres musiciens, masqués eux aussi : un guitariste, un bassiste et un autre rappeur. Cadillac prendra aussi la guitare de temps en temps afin de parfaire ce tableau déjà bien cacophonique.

Car oui, musicalement, c’est assez chargé, dirons nous. On retrouve assez fidèlement les instrus de l’album, à ceci prêt que des parties de guitares supplémentaires ont été rajoutées. Et évidemment, quand on connait le personnage, on se doute que le son de guitare ne sera pas doux et mignon. Les guitares ont plutôt un son très gras, avec beaucoup de disto et d’effets, donnant un aspect presque metal à la musique! On reconnait ici le vieux son cracra des débuts de Stupeflip, et ça fait plaisir!

Niveau setlist, nous aurons droit à quasi toutes les chansons de l’album solo de Cadillac, ainsi que de 2/3 morceaux de Stupeflip, dissimulés au milieu d’autres morceaux. Sur scène, c’est un peu le gros bordel. Ne quittant jamais son rôle, Cadillac nous gratifiera de magnifiques chorégraphies toutes plus étranges les unes que les autres. Il occupe très bien l’espace scénique tant il bouge partout. Il court, il saute, il headbang, il crie dans le micro, il retraverse la scène à quatre pattes, on ne sait plus vraiment où donner de la tête (spéciale dédicace aux photographes qui galèrent à le suivre d’ailleurs)! C’est une boule d’énergie qui n’a aucune limite et qui fait tout ce qui lui passe par la tête!

En plus de ça, il parle et rigole avec le public, bien que ses prises de paroles n’aient pas toujours beaucoup de sens. Et c’est justement tout le but du personnage! Après un peu plus d’une heure également, Cadillac quittera la scène comme il l’a investi, d’un coup! C’était un spectacle assez intense et éprouvant, et c’est ce pourquoi on était la.

Maître du non-sens, Cadillac aura distillé toutes les spécialités de son univers le temps d’une soirée. Allant des calembours foireux, aux costumes, aux prises de parole, aux chorés, nous avons pu voir, sur un peu plus d’une heure, qui était donc ce mystérieux Cadillac et ce qu’il avait à nous montrer. Et bien, les enfants, tout ce dont on peut conclure c’est qu’après ce concert, Cadillac est encore plus indéfinissable qu’avant. Sa définition même, c’est qu’il n’a pas de définition. Son personnage entier est basé sur le non-sens et le paradoxe.

Véritable spectacle théâtral, tant le protagoniste ne quitte jamais son rôle du début à la fin, nous avons assisté à une représentation artistique, mêlant musique et théâtre. C’était intense, c’était beau, c’était étrange, et on est passé par tous les états possibles durant ce spectacle (avec évidemment beaucoup de fous rires dans le lot!).

Bref, en conclusion, on recommande. Et même si ça ne plaira pas forcément à tout le monde, ça reste quelque chose à voir une fois dans sa vie!

Setlist :

  • C Guignol
  • Débile
  • A.k.a + The Cadillac Theory (Stupeflip Cover)
  • Zoo
  • Limaces
  • Coca Cola
  • L’Umour Fou
  • Fer + Medley Stupeflip (Stupeflip Cover)
  • Game Over
  • Ego Slave
  • Retroviseur
  • SPDC
  • Originul