Fait par des fans, pour des fans.
Sparks

Sparks: moment de gaîté lyrique

Un nouvel et 25ème album toujours plus extravagant, de la pop originale et un concert à guichet fermé. Tous les ingrédients étaient réunis hier soir pour oublier la rentrée et se laisser emporter dans l’univers décalé et heureux des Sparks. Retour sur un concert qui a fait des étincelles à la Gaîté Lyrique.

Sur les coups de 20h, le public s’apprête à voir l’une des plus étranges premières parties de l’histoire. Mister Goodnite et son costume kitsch à souhait arrivent sur scène. En fait, il s’agit de Tyler Parkford, aussi claviériste des Sparks qui est seul ce soir et nous propose des titres qui sont sur un disque. Pendant trente minutes, les chansons d’antan s’enchaînent, Mister Goodnite passe manuellement d’un titre à l’autre sur sa platine et se contente de poser sa voix sur la mélodie. De quoi laisser le public parfois dubitatif. En bon gentleman, Tyler a cependant prévu un bouquet de roses pour séduire.

A 21h, 5 matelots s’avancent sur scène, suivis de près par les frères Mael, ayant eux aussi revêtis leur plus belle tenue marinière. Les Sparks sont là pour présenter « Hippopotamus », leur 25ème album studio. Après presque 50 ans de carrière, l’énergie de Russel est toujours débordante. Son frère Ron est quant à lui impassible mais ne manque pas pour autant de surprendre le public avec ses arrangements aussi bons qu’insensés.

Sparks

 

On rentre tout de suite dans le vif du sujet avec What the Hell Is It This Time?, un des titres phares du nouvel album qui ambiance la foule dès les premières notes. Les Californiens nous replongent dans les années 70 avec Propaganda qui sonne comme un opéra rock et At Home, At Work, At Play.

Sparks font la part belle à leur dernier album et montre qu’ils n’ont pas perdu leur inspiration et créativité. Ils font aussi bien l’apologie de la Missionary Position avec humour, qu’un clin d’œil à la chanson française avec Edith Piaf (Said It Better Than Me) ou au cinéma d’auteur français lorsque leur copain Leos Carax, réalisateur français, les rejoint sur scène pour chanter When You’re a French Director.

Des chansons plus anciennes viennent prouver que Sparks n’ont cessé de se réinventer tout au long de leur carrière. On passe tantôt de l’univers disco de When Do I Get to Sing « My Way » à des expérimentations lyriques avec de superbes chœurs et harmonies sur Dick Around par exemple. Le groupe a aussi su influencer nombre d’artistes, dont Franz Ferdinand avec qui ils sont allés jusqu’à créer le groupe FFS (initiales de Franz Ferdinand et Sparks) et reprennent d’ailleurs en rappel Johnny Delusional, un des titres issus de cette belle collaboration.

De la gaîté en veux-tu en voilà, les fans sont en délire lorsque deux chansons de « Kimono My House » sont jouées. Pourtant sorti en 1974, il y a des titres qui restent intemporels. This Town Ain’t Big Enough for Both of Us en est le parfait exemple, le public reconnaît ce tube dès les premières notes. Il en est de même pour Amateur Hour et ses mélodies tourbillonnantes qui résonnent comme l’ultime dose de bonheur de la soirée.

Le public est conquis, le groupe ravi. Les frères Mael s’adressent au public en français pour clôre le spectacle et montrer à quel point ils sont touchés. A n’en pas douter, l’enthousiasme contagieux des Sparks aura su convaincre les quelques 800 spectateurs de la Gaîté Lyrique qui repartent le sourire aux lèvres.

Sparks

 

Setlist

  1. What the Hell Is It This Time?
  2. Propaganda
  3. At Home, At Work, At Play
  4. Good Morning
  5. When Do I Get to Sing « My Way »
  6. Probably Nothing
  7. Missionary Position
  8. Hippopotamus
  9. When I’m With You
  10. Dick Around
  11. Scandinavian Design
  12. Edith Piaf (Said It Better Than Me)
  13. Never Turn Your Back on Mother Earth
  14. I Wish You Were Fun
  15. My Baby’s Taking Me Home
  16. The Number One Song in Heaven
  17. This Town Ain’t Big Enough for Both of Us
  18. Life with the Macbeths

Encore:

  1. When You’re a French Director (with Leos Carax)
  2. Johnny Delusional (FFS cover)
  3. Amateur Hour

Retrouvez toutes nos photos des Sparks à la Gaîté Lyrique sur notre page Facebook – Crédits photo et article: Emilie Bardalou

Sparks – Paris / La Gaîté lyrique – Complet with Mister GoodniteCrédits photo: Emilie BardalouUn concert Veryshow Productions

Publié par Pozzo Live & Management sur lundi 2 octobre 2017

Laisser un commentaire