Fait par des fans, pour des fans.

Le Rocher tremble face à Kreator, Vader et Dagoba

Kreator fait son grand retour à Bordeaux, accompagné de Vader et Dagoba.

 

Ce dimanche 14 janvier dans la région Bordelaise, le public metal s’est donné rendez-vous au Rocher de Palmer (Cenon) pour une soirée d’anthologie avec Dagoba, Vader, et Kreator.

 

18h30, ouverture des portes. Les fans sont déjà là depuis quelques heures et la file s’étend sur plusieurs dizaines de mètres.

 

Le set de Dagoba commence vers 19h30 devant une salle assez peu remplie.

La mise en scène est soignée : micros en formes de chaines et lumière fracassante.

Le groupe marseillais se présente avec un nouvel album, Black Nova, qui se révèle comme un indispensable de ce début 2018.

Nous prenons part à plusieurs discussions concernant le départ et l’arrivée de 2 nouveaux membres. Nouveaux fans, anciens fans, les débats font rage. Néanmoins, la majorité s’accorde pour dire que le groupe est toujours sur le devant de la scène metal française. Le résultat est effectivement sous nos yeux.

Le groupe nous dévoile un set mélangeant anciens (comme The White Guy de 2003) et nouveaux morceaux (comme Inner Sun de l’album Black Nova de 2016, ou encore The Sunset Curse de l’album Tales of the Black Down de 2015). Il nous offre un show avec un son lourd, un rythme martelé, parsemé de passages plus électroniques. Le public connait les moindres paroles, et l’ambiance est au rendez-vous. S’enchainent « Circle pit » et « wall of death ». Tout se fait naturellement, mais le public suit à la lettre chacune des consignes de Shawter ou du guitariste Rich pour participer à un nouveau mouvement de foule dans la salle.

En l’espace de 6 morceaux, Daboga a mis tout le monde d’accord. La prestation scénique, le jeu, et cette énergie déployée par le groupe nous prouvent que cette nouvelle formation est une vraie réussite. Les 4 artistes marseillais sont remerciés comme il se doit par le public bordelais qui sèche tant bien que mal les gouttes de sueurs apparues en seulement 30 minutes.

L’heure est venue d’accueillir le deuxième groupe de cette soirée.

 

Dès les premiers accords du groupe, les chignons et autres queues de cheval dans le public se dénouent. 20h30 : les circle pit de Dagoba laissent place aux pogos de Vader.

Présent depuis 1983, Vader est un groupe de death metal venu tout droit de Pologne. Son leader, Peter « Piotr » Wiwczarek est le seul membre originel toujours présent dans la formation actuelle.

Dès leur entrée sur scène, les membres sont très communicatifs, et c’est avec joie qu’ils s’adressent au public en Français. Le groupe présente aux Bordelais un jeu encore une fois parfait, avec des riffs énergiques et entrainants, en jouant des morceaux de Dark Age à Breath of Centuries en passant par Testimony ou encore Chaos. Fidèle à son nom, le groupe Vader quitte la scène du Rocher de Palmer sous les applaudissements, mais surtout sur le morceau The Imperial March tiré du répertoire de la saga Star Wars.

21h30, La salle est enfin comble. Kreator commence son set dans une ambiance électrique. Groupe emblématique de la scène thrash metal, ils regroupent et font chanter des fans bordelais de tous horizons de 15 à 99 ans. Le décor, les lumières, les fumées, tout est millimétré et le groupe offre un spectacle d’une grande qualité à son public.

Etant donné le nombre de t-shirts et sweat-shirt « Satan is Real » dans la foule, il nous était évident que le premier moment fort du set allait arriver. Dès les premières secondes du titre en question, le groupe fédère son public, le fait danser. Les bras se lèvent et les cordes vocales commencent à tirer.

S’enchainent ensuite des morceaux phares tels que Flag of Hate et son drapeau, Gods of Violence, et le set se termine avec Totalitarian Terror vers 23h. Ovationné, le groupe se retire et laisse son public dans un nuage de sueur, les muscles tendus, la voix éraillée, mais surtout des étoiles dans les yeux.

23h15, la salle se vide. Un dimanche soir pas tout à fait comme les autres, qui va probablement laisser des traces pour ce lundi matin. Courbatures, bleus, souvenirs, médiators, baguettes : autant d’éléments à quoi se raccrocher pour commencer la semaine qui débute dans quelques heures. Le Rocher n’a pas bougé, mais il a beaucoup tremblé. Pas de doute, il s’agissait bien évidemment de LA soirée à ne pas louper ces temps-ci dans le Sud-Ouest.

 

Live Report de Victoire Grenu.

Photographies de Vincent Sanroma.

 

Retrouvez l’interview de Dagoba ici: http://www.pozzo-management.com/grandiloquence-profondeur-interview-dagoba/

 

Et les photographies du concert ici:

 

Laisser un commentaire