Fait par des fans, pour des fans.

Report Photos Motocultor 20 Août 2017 – 3ème Jour

Report Photos Motocultor 18-20 Août 2017: Troisième journée

Photographies & commentaires de Christophe Mielot.

 

Monarch ! :

L’une des baffes du weekend. Une musique lourde, pachydermique et une voix éthérée. Le set est hypnotique et je reste totalement scotché devant le spectacle : le rythme est lent, très lent, le bassiste maltraite son instrument lui arrachant des notes plus graves les unes que les autres et la chanteuse qu’on devine à peine derrière sa table d’effets est totalement habitée. Un grand moment pour moi.

 

Monkey3 :

On reprend les mêmes et on recommence (mais j’aime moins). Une rythmique lourde et lente, de jolis soli et peu de parole. Mais la magie opère moins sur moi que le groupe précédent. Le chapiteau est bien rempli malgré tout.

 

Uada :

Frustré d’avoir raté ce groupe de black mélodique lors de leur passage au In Theatrum Denonium je ne voulais absolument par refaire la même erreur. Bien m’en a pris, ils ont confirmé tout le bien que je pensais d’eux. Ils restituent bien l’ambiance de l’album avec un juste mélange de mélodie et d’agressivité, malgré l’heure et le soleil qui cogne. Le public s’est déplacé en nombre pour voir ce groupe qui monte. Un très bon concert.

 

 

Point Mort :

Personnellement une des grosses claques du weekend. Leur page fb dit “There is a thin line between life and death, ugly and beautiful, love and hate. Point Mort’s choice is to ride that line and to carry the idea that, perception of music is unique and personal.” Et c’est exactement ce qu’on ressent, une alternance de douceur et de violence et une chanteuse totalement possédée qui hurle comme si sa vie en dépendait. Malgré cette ambiance le guitariste est tout sourire et blague avec les premiers rangs. On aurait aimé que la chanteuse prenne plus possession du centre de la scène et ne se cantonne pas à l’extrême gauche de celle-ci. De plus ça lui aurait évité de se faire catapulter par terre par son guitariste lors d’une collision qui les a bien fait rire tous les deux. A revoir !

 

Battlebeast :

La sensation heavy metal qui monte. Je ne suis pas un grand fan mais force est de constaterque le chapiteau est en ébullition dès les premières notes. Ça slamme de plus belle et les refrains sont repris en chœur.

 

Giedre :

L’ovni de ce Motocultor. De la chanson humoristique à la guitare sèche et au clavier, fallait oser. Pari réussi. La chanteuse prend possession de la scène et le public lui est acquis. Il y a pas mal de temps mort entre les chansons que Giedre comble à grand renfort de blagues plus ou moins réussies. Malgré ces longueurs c’est la déconnade qui l’emporte et tout le monde est content.

 

Uli Jon Roth :

Avec Uli Jon Roth on fait un voyage dans l’espace et le temps entre Woodstock et le Tokyo des 70s.  Le set du jour est, comme la tournée actuelle, axé sur les titres de Tokyo Tapes. Le maitre au sourire permanent et communicatif est en démonstration avec toujours autant de dextérité et de feeling. J’avoue qu’il me file des frissons sur ces anciennes pépites que peuvent être In Trance, We’ll burn the sky ou Fly to the rainbow. Le seul point négatif est qu’on sent bien que, malgré le fait d’avoir partagé quelques soli avec son guitariste, il s’agit d’Uli et des autres, pas d’un vrai groupe. Ce détail à part c’est un de mes grands moments du festival.

 

 

 

Eluveitie :

La nouvelle mouture du groupe répond présent à l’appel (des montagnes !). Le groupe joue bien, les nouveaux semblent bien intégrés. Eluveitie nous présent même un nouveau titre de l’album à venir, la nouvelle chanteuse est totalement à la hauteur. Le chapiteau est en fusion, et ne parlons même pas de Inis Mona qui forcément conclue le set de la plus belle des manières en terre bretonne.

 

Tragedy :

Au départ j’étais plutôt dubitatif sur ce qu’allait nous proposer ce groupe, et puis il faut bien l’admettre : les reprises de tubes disco à la sauce metal (avec l’intro de rain in blood par exemple) ça fonctionne ! Les costumes à paillettes sont de sorti, le show est totalement déjanté, on rigole on s’amuse et le public est même invité sur scène sur le dernier titre qui n’est autre que la reprise de YMCA !! Excellent concert !!

 

Devin Townsend Project :

Encore un qui a l’air heureux d’être là, et le public lui rend bien. Les slams reprennent de plus belle et le pit bouge pas mal. Pour le reste, même si Devin Townsend est acclamé comme un génie j’avoue ne pas entrer totalement dans sa musique, ça mériterait surement que je le revois et que j’écoute attentivement ses derniers albums.

 

Après 3j de fest j’avoue avoir fait l’impasse sur les derniers groupes, l’appareil photo n’a plus de batterie et moi non plus !! Très bonne édition du Motocultor au final, l’édition 2018 est déjà annoncée et on croise les doigts pour qu’il y en ai encore beaucoup d’autres !

 

Battle Beast Devin Townsend Eluveitie GiedRé Monarch! monkey3 Point Mort Tragedy UADA Uli Jon Roth All credits belong to Pozzo-management & Christophe Mielot Photographe.

Publié par Pozzo Live & Management sur mardi 5 septembre 2017

Laisser un commentaire