Psykup à Montauban, c’était Grande!

0
163

Ce vendredi 8 Mars à Montauban avait lieu un grand moment pour la scène metal du bassin toulousain, et ce pour 2 raisons! Tout d’abord, le plateau proposé par le Rio GrandeSUPGorod et Psykup! Ensuite, et je dirai même surtout, car c’était le grand retour des toulousains de Psykup à la maison, en région toulousaine (cela faisait plus d’un an, depuis le tournage du DVD au Bikini à Toulouse). Et putain ça nous avait manqué!

J’arrive un peu à la bourre dans cette salle que je ne connais pas encore. Et directement, on se sent à l’aise! L’homme au guichet est très amical et parle aux personnes venant chercher leurs billets, on discute un peu puis je rentre dans la salle « souterraine ». En bas, j’arrive alors que SUP est déjà sur scène… Heureusement, ils venaient tout juste de rentrer! Je n’ai donc rien loupé.

Je dois avouer que SUP était mon groupe inconnu de la soirée, il en fallait bien un. Je n’avais jamais écouté et j’ai donc découvert tout leur univers en live. Et franchement, ça prend bien! Une ambiance un peu dark/goth, avec des éclairages principalement en contre jour, des riffs puissants, rappelant les morceaux les plus sombres du Death Metal, à la limite du Doom par moment, une voix qui alterne growl et chant clean… Très goth! BREF! Ça marche, et ça marche même très bien! A grand coup de headbang-ventilo (ne rigolez pas, au moins vous voyez tous de quoi je parle), le bassiste du groupe est particulièrement visuel sur scène, la où le chanteur/guitariste et l’autre guitariste sont plus statiques, donnant une impression de silhouette imposante, presque inquiétante, allant parfaitement avec le style musical! Leur set dure 50 minutes, pendant lesquelles les morceaux s’enchaînent sans pauses. Dans un style plus calme que les 2 autres groupes, plus lent, mais non pas moins intéressant, le groupe nous dévoile les titres emblématiques de leur carrière. On ne s’ennuie pas une seconde et le public a l’air de bien apprécier la musique et le spectacle proposé par nos 4 Lillois. Sous les applaudissements de la salle, le groupe quitte la scène en nous remerciant. Définitivement, une très bonne entrée en matière pour cette soirée qui s’annonce dantesque! 

Pour ceux qui veulent découvrir le nouvel album:

Après un petit changement de plateau, c’est autour des Bordelais de Gorod d’entrer sur scène. Et bon dieu c’que ça décoiffe! Dès les premières notes, on se retrouve propulsés dans ce qui se fait de mieux dans le monde du Death Metal technique. Ce groupe est véritablement incroyable! C’est lourd, c’est gras, c’est puissant… Et on en attendait pas moins! J’ai toujours adoré chez Gorod cette capacité qu’ils ont a communiquer avec le public sans forcément avoir à parler. On sent une joie, une bonne humeur, qui émane profondément d’eux et de leur musique (bien que, avouons le, le style se prêterai plus à la violence qu’à l’amour!). Sur scène, c’est tout bonnement excellent. Barby, le bassiste du groupe, a une gestuelle assez… Unique, dirons-nous! Pas le genre de bassiste de metal adopter une gestuelle violente, Barby passera une bonne majorité de son concert a zouker avec sa basse… Littéralement! Tout y est, les petits mouvements de tête et de bassin, les jambes en rythme (et sur des mesures aussi asymétriques c’est pas facile!), et surtout un énorme sourire qu’il ne lâchera pas du concert! On se croirait devant Francky Vincent mais avec de la bonne musique! A ses côtés, Nutz, le chanteur, se démène comme un forcené également. Sa technique vocale est tout bonnement monstrueuse et on en aura une belle démonstration ce soir. C’est simple, il fait TOUT! Du growl au scream aigu, surpuissants ou susurrés, on s’en prend plein la poire! Ajouté à cela un gestuelle destructrice, avec des grands gestes des bras, des grimaces, et surtout des déplacements sur chaque foutu centimètres carrés de la scène, Nutz sait bien nous tenir en haleine, et on en redemande! Bien évidemment, la virtuosité est de la partie pour chaque musicien! Entre les solos de Mathieu à la guitare, les plans de batterie incroyables, les lignes de basses tout droit sorties des enfers, on sait plus trop où se mettre face à tant de maîtrise musicale, si ce n’est dans le pogo évidemment! Après 50 minutes, le groupe quitte la scène en sueur, et on a du mal à se remettre du raz-de-marrée qu’on vient de se manger! Gorod ne déçoit jamais en live! Petit bonus: le groupe est très accessible et agréable avec son public! Ouverts à la discussion et à l’échange, nous avons pas mal discuté et déconné à la fin du concert sur leur stand de merch! 

Pour ceux qui veulent découvrir le nouvel album:

Enfin, voici le moment que j’attendais tant, et la raison majeure de ma venue… Le retour de l’autruche toulousaine dans la région! Alors oui, je sais, dit comme ça on dirait un surnom de boxeur… Que nenni! Je parle bien évidemment de Psykup et de leur style unique, l’Autruche-core, dont ils sont les inventeurs et les uniques représentants à ce jour. Quelle mandale les amis… Quelle mandale! Nos Toulousains favoris arrivent sur scène avec leur accoutrement habituel: des chemises à fleur hawaïennes! Ça peut surprendre au début, quand on ne connait pas le groupe. Mais après avoir fait un tour au stand de merch, on se rend vite compte qu’ils vendent également des tongs et des frisbees Psykup, et on comprend mieux le délire du groupe! Dès le premier morceau, c’est la guerre. La surpuissance de leur son ne laisse personne indifférent et la salle déjà bouillonnante entre en fusion à l’écoute des premiers screams et blast-beats. Niveau style, c’est indescriptible. Avec des passages Death Metal, des passages Jazz, des passages « latino« , ça part dans tous les sens, et c’est l’essence même ce qu’est Psykup! Sur scène, c’est tout aussi énergique! Matthieu, au chant clair et screamé, parcourt la scène et headbang, ruisselant de sueur. Il donne tout ce qu’il a! Julien, guitare et chant clair/screamé, repousse les limites de la souplesse pour nous offrir ses plus belles acrobaties guitaristiques, avec des grands gestes, des sauts, des coups de pied dans le vide, des danses. Et surtout Julian, le bassiste, qui se vide des bouteilles d’eau entière sur la tête en headbangant comme un diable (il m’a d’ailleurs littéralement trempé pendant le concert!). On a un rendu très visuel et agréable dans la fosse. Impossible de rester immobile devant une telle énergie! Les morceaux s’enchaînent, avec une domination du dernier album « Ctrl+Alt+Fuck« , que le public à l’air de bien connaître, et ça fait plaisir! Le show proposé est plein d’humour, de vannes entre les morceaux, de références à des classiques de la chanson française et du cinéma français, on ne s’ennuie pas. Victor, dernier membre arrivé dans le groupe y a quelques années s’éclate à la guitare, alors que Brice, batteur de longue date du groupe, se démène derrière ses fûts et les martèle comme jamais! Quel plaisir de retrouver Psykup, qui plus est en clôture de soirée (le running order change tous les soirs, par exemple, c’est eux qui ouvriront le bal le lendemain à Marseille)! On arrive tout doucement à la fin de leur set après cinquante minutes, comme pour les groupes précédents. Quel concert! Peu de groupes arrivent autant à mélanger humour, autodérision, second degrés et virtuosité musicale, mais Psykup nous a prouvé une fois de plus que rien ne leur faisait peur! Et le public a l’air aussi conquis que moi, vu que nous scandons tous en cœur « une autre! une autre! ». Malheureusement, ce ne sera pas possible, mais vu la qualité du show proposé, on ne peut même pas être déçus! Comme à mon habitude, je vais donc les rencontrer après le concert pour discuter. Tout comme Gorod, les membres de Psykup sont très accessibles et heureux de parler avec leur public. J’ai ainsi pu parler aux cinq membres, qui avaient l’air presque aussi content de rencontrer leur public que moi de les rencontrer! Une attitude positive qui fait plaisir, quand on voit parfois l’engouement quasi inexistant des artistes a rencontrer des fans! La soirée se terminera la dessus, tout le monde repart content, le public à l’air satisfait. Bref, l’autruche était de retour… Et elle a frappé fort! Très fort!

Pour ceux qui veulent découvrir le dernier album: