Monster Truck / Black Stone Cherry : une première partie bouillante

0
1233
 

Très belle première partie donc, avec Monster Truck, à l’Elysée-Montmartre ce 3 décembre. Leur setlist bien pêchue puise surtout dans leur dernier album, True Rockers, et leur prestation enthousiasme le public. Beaucoup connaissent les titres, beaucoup chantent, et les quatre membres du groupes leur rendent bien ! Les sons s’enchaînent avec joie et puissance, on est très bien.

Monster Truck. © FYI Music News De gauche à droite : Jeremy Widerman, Brandon Bliss, Jon Harvey, Steve Kiely

Ce qui caractérise le groupe, c’est son amour pour la fête, la création en liberté, le partage, et cela se ressent nettement. L’énergie circule sur scène car les artistes jouent dans un même élan, sur un vrai pied d’égalité face à la salle : Brandon Bliss ondule et lutte presque avec le clavier ; Jon Harvey, figure de proue, a sa basse solidement plantée et chante avec générosité ; Steve Kiely tabasse harmonieusement et copieusement ; Jeremy Widerman gratte, donne de sa voix, sautille, torse nu et souriant.

Le tout est impeccable, il faut bien le dire, le show est équilibré et sensuel : on veut se laisser aller avec eux, on en veut plus. Vivement leur retour en France l’an prochain ! Ils lancent l’info en fin de set, et on est ravis.

Black Stone Cherry nous réserve de moins bonnes surprises malheureusement, et après le passage de Monster Truck, cela est d’autant plus criant. Le concert est pourtant huilé, il avance grâce à la cohésion du groupe et à l’amour du public. Mais ce qui saute aux oreilles, c’est le manque de fluidité de leur performance : les artistes doivent faire face à divers soucis techniques, ce qui n’aide pas, mais l’enchaînement des morceaux manque de justesse. On a pu sentir des écarts entre les morceaux galopant et d’autres plus lents, plus poisseux, qui prennent tout de même aux tripes. Je ressens également un vrai déséquilibre sur scène.

Chris Robertson, vissé au centre, envoie tranquillement son chant ample et suave, tandis que Ben Wells et Jon Lawhon tournent autour de lui dans un drôle de ballet, échangeant leur place, headbangant joyeusement. Mais à notre grande joie, John Fred Young incendie la salle, martèle comme un fou, et lie le tout jusque dans nos ventres. Burn baby, burn.

Black Stone Cherry © Manchester Music Hall – De g.e à d. : John Fred Young, Ben Wells, Jon Lawhon, Chris Robertson

En fin de course, après le solo du batteur, le show tourne plus blues, languide et hypnotique. Le concert s’achève avec force et tendresse, on y est enfin, Chris parle au public et incite chacun à prendre la main de son voisin, à osciller ensemble, à prendre soin de soi. C’est chouette. Ce qui reste c’est un plaisir d’être ensemble, il y a une bienveillance des deux côtés, et l’écoute est bonne à l’Elysée-Montmartre, ce qui rend le concert vraiment cool.

Setlist Monster Truck :

  1. Why Are You Not Rocking?

    Play Video

  2. True Rocker

    Play Video

  3. Don’t Tell Me How to Live

    Play Video

  4. Old Train

    Play Video

  5. Evolution

    Play Video

  6. Denim Danger

    Play Video

  7. For the Sun

    Play Video

  8. Devil Don’t Care

    Play Video

  9. Sweet Mountain River

    Play Video

  10. The Lion

Setlist Black Stone Cherry :

  1. Burnin’

    Play Video

  2. Me and Mary JanePlay Video
  3. Rain Wizard

    Play Video

  4. Bad Habit

    Play Video

  5. Like I Roll

    Play Video

  6. Stay

    Play Video

  7. Cheaper to Drink Alone

    Play Video

  8. James Brown

    Play Video

  9. Things My Father Said

    Play Video

  10. Ain’t Nobody

    Play Video

  11. In My Blood

    Play Video

  12. Blind Man

    Play Video

  13. Drum Solo

    Play Video

  14. I’m Your Hoochie Coochie Man
    (Willie Dixon cover)

    Play Video

  15. Lonely Train

    Play Video

  16. Blame It on the Boom Boom

    Play Video

  17. White Trash Millionaire

    Play Video

  18. Family Tree

    Play Vide

  19. Peace Is Free

Merci à Replica Promotion et aux artistes.

Report par Margot Ferrera.