Fait par des fans, pour des fans.

[Live Report] AVATAR au Stéréolux de Nantes

Depuis quelques semaines, AVATAR est en tournée en Europe, l’occasion pour le public français de les retrouver pour 5 dates, aux quatre coins de l’hexagone. Vendredi 25 janvier, nous avions la chance d’assister à leur concert nantais, et l’insigne honneur d’interviewer leur chanteur.

Pour vous faire patienter jusqu’à l’interview, je vous laisse apprécier le live report du concert d’Avatar, au Stéréolux, Lieu incontournable de la scène musicale nantaise.

La salle de concert – de taille moyenne – se cache sous les nefs, abritant également, un bien curieux éléphant. L’entrée vous donne accès à la fosse aussi bien qu’aux balcons où l’on peut s’asseoir pour profiter de la musique plus confortablement si le cœur nous en dit.

La salle accueillait ce vendredi soir, le groupe de Death Melodique originaire de Göteborg, AVATAR pour sa tournée en Europe, accompagnés des premières parties « Dylan Walshe » et « The Mahonnes ».

Première Partie

Pozzo Live vous prie d’excuser l’absence de couverture du concert de Dylan Walshe qui se déroulait pendant l’interview à paraître. Nous prenons donc position au milieu du concert de « The Mahones », groupe de punk irlandais dans la veine des Dropkick Murphys et qui n’avaient rien à leur envier en termes de générosité !

Objectif : faire monter l’ambiance et la température dans la salle. √

Rock dynamique aux sonorités celtiques (surprenant pour un groupe accompagné d’un accordéon), la foule s’amasse petit à petit et la chaleur humaine se mêle à la chaleur ambiante pour offrir un très bon concert pour cette – deuxième – première partie.

Entracte, le groupe quitte la scène et un immense drapeau écusson aux couleurs d’AVATAR COUNTRY est érigé en guise de rideau.

IMG 0296 GF 1
IMG 0296 GF 1
« 1 de 11 »

Et enfin… AVATAR !

Après une attente qui semblait interminable, le drapeau tombe enfin pour dévoiler une scénographie burlesque scintillante. The King trône au centre de la scène. Acclamé par une foule déjà bien échauffée à la bière triple nantaise. Le costume clinquant et le sourire diabolique : Johannes Eckerström entre en scène pour débuter le concert avec le tube « Statue of the King » issu de leur dernier album Avatar Country.

 

« On this glooooorious day… »

Les morceaux s’enchainent dans un déferlement d’énergie (et de sueur). On jouit alors de l’alternance parfaitement mesurée de morceaux moins célèbre avec ceux déjà bien connus du public : « Bloody Angel », « The Eagle has Landed » ou encore « Let it burn ». Ce dernier est d’ailleurs l’occasion pour le groupe de démontrer une étonnante souplesse cervicale au rythme de la grosse caisse menée par John Alfredsson.

Energie incroyable de chacun des membres du groupe. Du début à la fin, ils ne décrochent pas, ne lâchent rien. Beaucoup d’interaction avec le public dont une sujette à curieuse anecdote. Moins de deux heures après avoir eu la chance d’interviewer Johannes Eckerström, aparté pendant lequel nous abordions la question : « que savez-vous dire en français ? » et à laquelle le chanteur répondait « Merde », Ménage à trois » et « Sacrebleu » ; ce dernier profitait d’un interlude entre deux chansons pour glisser quelques mots en français à son audience.

Il commence par expliquer que « son [mon] french is… merde » et enchaine sur le fait que dans toute langue, et de tous temps, la première chose que les gens apprennent, est toujours « the curse words » (les gros mots). Puis, il demande au public de lui apprendre quelques mots doux pour enrichir son vocabulaire. On compte sur lui pour devenir polyglotte en insultes et on espère qu’il sera capable, à la fin de la tournée, de traduire « sombre connard » en polonais.

S’asseyant sur le rebord de la scène pour approcher son micro d’un spectateur, celui-ci entonne un retentissant et guttural « ENCULEEEEEEEEE » pendant au moins 5 ou 6 longues secondes (ce qui est long pour brailler une insulte. Si si, quand même !). Satisfait mais pas rassasié, Johannes se relève pour aller interroger un second spectateur tout à gauche de la scène. Ce dernier de tenter (mais sans succès) un minable (sincèrement, c’est le mot) « Salopard » avec une intonation de vieillard mourant aviné.

La réaction du public est sans appel : il est hué (un peu à juste titre quand même, c’est naze non ?) virulemment par ses pairs, provocant au passage l’hilarité générale et un amusant « They didn’t like this one » de la part de l’artiste. Une troisième tentative avortée par un « send me this one on twitter » et le concert reprenait de plus belle.

Si d’aventure vous suivez Avatar sur Twitter, Johannes Eckerström a twitté le lendemain du concert qu’il remerciait son public nantais à part, je cite « le connard qui a tenté de lui faire répéter des propos racistes ». Tweet qui crée l’étonnement et l’incompréhension de certains fans. Et Johannes de répondre que « il lui avait été rapporté à posteriori que la première insulte était ok mais que la seconde était raciste.

Il aura été selon toute vraisemblance mal informé par un membre du staff qui aurait mal compris le « salopard » aussi nul qu’il ait pu être !

Après quelques retweets et réponses de ses fans, le chanteur rassuré clôt l’incident en présentant ses plus plates excuses. Je vous laisse découvrir le thread par vous-même ci-dessous :

 

Dernière partie du concert : Après avoir illuminé la salle d’une lumière arc-en-ciel, à travers le prisme d’un nuage de bulles de savon, sur le morceau « Avatar Country », le groupe fini son show d’anthologie par « Hail the Apocalypse » après un speech encenseur sur le fait que les metalheads ne craignent ni la mort ni la fin de tout. Tous ensemble nous accueillerons la fin des temps avec le sourire et en headbangant comme les vrais bonhommes que nous sommes !

On retiendra donc qu’à part l’incident franchement mineur susnommé, l’ensemble était particulièrement excellent. Un concert puissant, d’une intensité qui fait plaisir aux yeux et aux oreilles… et un public enchanté par cette prestation de qualité. Mention très bien pour le public justement : Nombreux ceux qui reprenaient en chœur l’intégralité des paroles de toutes les chansons du groupe !

 

Pour vous mettre l’eau à la bouche, Johannes me glissait dans l’interview qui précédait le concert, un petit clin d’œil très intéressant, en ce que le concert se déroulant à guichet fermé, ils avaient toutes les raisons de revenir dans le futur… Mais je ne vous en dis pas plus, pour ça, je vous laisse visionner l’interview au lien ci-dessous :

Interview en cours de montage – on vous tient au courant de sa sortie  prochaine 😉

IMG 0396 GF
IMG 0396 GF
« 1 de 11 »

 

Setlist :

  1. Glory To Our King
  2. Play A Statue of the KingPlay Video
  3. Legend of the KingPlay Video
  4. Paint Me RedPlay Video
  5. King’s HarvestPlay Video
  6. Bloody AngelPlay Video
  7. For the Swarmay Video
  8. Get in LinePlay Video
  9. Tsar BombaPlay Video
  10. TowerPlay Video
  11. The Eagle Has LandedPlay Video
  12. Let It BurnPlay Video
  13. King After KingPlay Video
  14. ReloadPlay Video
  15. Smells Like a FreakshowPlay Video
  16. Torn ApartPlay Video
  17. The King Welcomes You to Avatar CountryPlay Video
  18. Hail the Apocalypse

 

Live report + Photos & Interview par Vianney & Pauline

Laisser un commentaire