Fait par des fans, pour des fans.
Airbourne

Airbourne fait trembler l’Olympia comme jamais

Le quatuor australien a fait son grand retour à l’Olympia hier soir pour le plus grand plaisir de 2000 fans survoltés. Airbourne est connu pour son énergie sans limite et est resté fidèle à sa réputation: 1h30 de gros riffs, des litres de bières jetés dans la foule et du Rock’n’Roll à l’état pur.

C’est une affiche 100% australienne pour l’occasion avec Desecrator, eux aussi venus tout droit de Melbourne, qui assurent la première partie. À la tête du mouvement thrash metal australien, le groupe n’en est pas à son coup d’essai et remporte vite les faveurs du public qui lance déjà le premier wall of death de la soirée!

Desecrator

En attendant l’entrée d’Airbourne sur scène, la foule chante en choeur. La tension est palpable et quand les lumières s’éteignent enfin, la bande son de Terminator retentit comme pour annoncer l’apocalypse à venir. À peine les premiers accords de Ready to Rock entamés, le public saute déjà si fort que le sol de l’Olympia en tremble.

Pas le temps de souffler, les gros titres vont s’enchaîner avec I’m Going to Hell for This, Down on You et Rivalry extraits du nouvel album “Breakin’ Outta Hell”. On en prend plein les oreilles et il vaut mieux s’accrocher à ses protections auditives car Airbourne ne se déplace pas sans son mur de 24 amplis Marshall.

Airbourne

Peu d’artistes sont capables d’interagir avec leur public comme ce groupe le fait et c’est sans doute pour ça que les fans se donnent autant. Le leader charismatique Joel O’Keeffe joue avec son coeur et ses tripes. Inépuisable, il traverse la scène en permanence et n’hésite pas à aller se balader dans la fosse ou les gradins. Il éclate également des dizaines de canettes de bière sur son crâne avant de les jeter dans le public. Même pas mal.

Airbourne

Plusieurs gestes marquent également la soirée. It’s All for Rock’n’Roll est l’occasion de rendre un bel hommage à Lemmy de Motörhead. Joel ne manque d’ailleurs pas de boire un Jack & Coke sur scène en son honneur. La scène s’habille aussi de lumières bleu blanc rouge sur Raise Your Flag tandis que le frontman brandit fièrement le drapeau français.

Il n’y a qu’au moment du rappel que la fosse ne ressemble pas à un vaste champ de bataille. Ryan O’Keeffe, batteur d’Airbourne, s’avance seul sur scène pour faire retentir l’alarme de Live It Up. Mais après quelques secondes, les combats reprennent. C’est Running Wild qui va finir de rendre le public hors de contrôle dans un circle pit géant.

Une seule conclusion s’impose à l’issue de ce concert: le Rock’n’Roll n est pas prêt de mourir avec Airbourne.

Article et photos par Emilie Bardalou

Retrouvez la gallerie complète sur notre page Facebook:

Airbourne w/ Desecrator @ L'Olympia – Mardi 10 octobre 2017Crédits photo: Emilie Bardalou

Publié par Pozzo Live & Management sur mercredi 11 octobre 2017

Setlist

1- Ready to Rock

2- I’m Going to Hell for This

3- Too Much, Too Young, Too Fast

4- Down on You

5- Rivalry

6- Girls in Black

7- Bottom of the Well

8- Breakin’ Outta Hell

9- Diamond in the Rough

10- It’s All for Rock’n’Roll

11 – Stand Up for Rock’n’Roll

Encore:

12- Live It Up

13- Raise the Flag

14- Runnin’ Wild

Comments (2):

  1. Freeda

    26 décembre 2017 at 14 h 52 min

    Merci Mouloud de porter plainte contre le réseau H-2-F-r, ça fait plusieurs mois que je me demande comment lutter contre ce spam infecte qui fait l’apologie des jours les plus sombres de notre histoire beb regardez les preuves https://zlowtech.wordpress.com/

  2. Irina

    26 décembre 2017 at 15 h 58 min

    Merci Didier Deschamps de porter plainte contre le réseau H-7-F-r, ça fait plusieurs mois que je me demande comment lutter contre ce spam infecte qui fait l’apologie des heures les plus zeubi de notre histoire dad regardez les preuves https://zlowtech.wordpress.com/

Laisser un commentaire